12e journée : achat de l’artisanat, et … emballage de l’ensemble !

Aujourd’hui, journée vraiment « cool », passée au logement, pour se poser un peu après les journées à passer à crapahuter dans les rues de Ouagadougou.

Salif a apporté des échantillons d’à peu près tout ce que nous lui avions désigné lors de notre visite dans son village d’artisans, et nous avons passé une grande partie de la mâtinée à regarder, choisir l’artisanat que nous envisageons de rapporter pour l’antenne de Bordeaux.
Cela ne tiendrait qu’à nous, nous achèterions beaucoup plus ; mais deux critères majeurs nous ont obligé à nous restreindre : le poids ou la place dans les bagages, mais surtout … le budget encore disponible.
Et du coup, lorsque celui-ci a été épuisé… nous avons dû arrêter, alors que nous aurions encore eu de la place dans nos bagages. C’est vraiment frustrant, surtout que nous avions prévu d’aller, demain, dans une coopérative de femmes tisseuses qui fabriquent de magnifiques tissus. Nous irons quand même, mais surtout pour des achats personnels maintenant.
De même, Awa, la femme d’Alain, notre hôte, fabrique de jolis sacs, et les mets en vente dans une boutique au sein même de la chambre d’hôte, avec des confitures maisons et autres objets d’artisanat, et nous envisagions d’acheter quelques petits objets. Tant pis !

Une fois les achats terminés, nous sommes retournés manger au petit maquis situé non loin de chez Alain, avant de nous lancer dans l’emballage et la première pesée (incomplète) des bagages, histoire de nous faire peur.
Mais finalement c’est une bonne surprise, nous devrions pouvoir emporter tout ce que nous avons acheté sans être obligé de laisser quelque chose en dépôt à Alain ou Salif.

Nous nous sommes ensuite reposés tranquillement en attendant l’arrivée de M. Yanogo, qui souhaitait prendre du temps pour discuter avec nous, de manière informelle, et pas seulement de nos projets en commun. Politique, circulation en ville, anecdotes diverses, nous avons passé un très bon moment ensemble, et visiblement Alain a également apprécié ce moment d’échange.

Demain, dernière journée « officielle » de la mission, nous avons prévu de prendre une voiture pour la journée, afin d’aller visiter la coopérative de femmes tisseuses située à une vingtaine de kilomètres au sud de Ouagadougou, puis nous enchaînerons avec une balade dans la « forêt classée », un espace vert situé non loin de chez Salif, avant de nous rendre à notre rendez-vous avec Nicolas Charbonneau, l’entrepreneur spécialisé dans le photovoltaïque que nous avions déjà rencontré en début de séjour, avec pour objectif cette fois de prendre le temps de discuter du projet d’équipement du bâtiment Bamisa en matériel alimenté par des panneaux solaires, car il nous a déjà présenté ce qui était faisable, et nous voudrions savoir s’il peut nous proposer un devis pour un tel équipement, et éventuellement la formation à son entretien, sachant que le CEAS, où travaille M. Yanogo, l’agronome, dispose également d’un département « équipement photovoltaïque » qui serait peut-être lui aussi à même de nous proposer des solutions.

Mercredi, nous bouclerons définitivement nos bagages, avant de prendre la direction de l’aéroport pour 17h (19h en France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.